Natures mortes

Pour ses natures mortes, Recouvreur prend pour modèle des objets de sa vie quotidienne, principalement des livres. Adrien utilise aussi des objets archéologiques du musée Pincé suite à sa nomination au poste de conservateur en 1917.

Outre un aspect pratique, on peut y voir l’influence de son maître Gustave Henry qui enseigne à ses élèves à dessiner d’après des objets de leur quotidien plutôt que des modèles de maître.

Recouvreur est sensible au mouvement symboliste, certaines de ses natures mortes portent un message sous-jacent comme Kultur qu’il peint à la fin de la Première Guerre mondiale et qui est une critique de l’Allemagne et son impérialisme.

Allégorie de la guerre, 1901
Salon de Nancy de 1902

© Musées d’Angers
Nature morte aux livres et aux binocles, 1912
Salon d’Angers de 1912
Salon des Artistes français de 1913

© Benjamin Sur / Musées d’Angers
L’Icône, 1918
Salon d’Angers de 1919
© Conservation des Musées de la Meuse
Kultur deutchland über Alles, 1918
Salon d’Angers de 1919

© Musées d’Angers / cliché D. Riou
Nature morte à l’oenoché, 1921
Salon d’Angers de 1922

© Musées d’Angers / Clichés récoleurs
L’Eau forte, 1923
Salon d’Angers de 1924
© Conservation des Musées de la Meuse